Littérature - Numéro 1

Salut les apnéistes!

Voici le résumé d'une petite étude datant de 2006 et intitulée "La plongée en apnée: séquelle neurocognitive à long-terme due à l'exposition répétée à l'hypoxie" par Lynne Ridgway et Ken MacFarland.

Dans cette étude, les auteurs ont étudié 21 apnéistes d'élite (c'est-à-dire ayant participé à des compétitions internationales) ayant entre 1 et 20 d'expérience de l'apnée (voir tableau ci-dessous pour une description plus détaillée de leurs caractéristiques propres).

Les auteurs ont fait passé aux 21 apnéistes (hommes et femmes) une série de tests neuropsychologiques standards (tels que coordination des mouvements, test de lecture, de mémoire, etc) afin d'évaluer d'éventuelles séquelles neurologiques dues aux années de pratique de l'apnée (hypoxie répetée).

Le résultat final de cette petite étude est que l'hypothèse selon laquelle les apnéistes "d'élite" qui font de l'apnée depuis des années obtiendraient des scores plus bas aux tests neuropsychologiques que la moyenne de la population non-apnéiste n'a pas été vérifiée.

Bien sûr les tests n'ont pas été réalisés immédiatement après une apnée mais le fait que les sujets de l'étude ne devaient pas avoir pratiqué d'apnée durant les 12 dernières heures et ne pas avoir eu de samba ou BO durant 7 jours précédents le test, laisse penser que les "dégats" éventuels avaient déjà été résorbés. Ce genre d'effets non persistents avaient déjà été rapportés par d'autres études sur des montagnards qui sont également régulièrement exposés à des conditions d'hypoxie.

Cette étude avait pour sujet les effets à long-terme d'hypoxie répetée sur des sujets sains mais il serait également intéressant de refaire ces tests directement après une longue apnée ou une samba ou un BO et de coupler ces tests neuropsychologiques à de l'imagerie cérébrale....Autant de perspectives pour des études futures...

Voici la référence complète de l'article que je peux fournir sur demande: 

Ridgway L, McFarland K (2006). Apnea diving: long-term neurocognitive sequelae of repeated hypoxemia. Clin Neuropsychol 20: 160-176.

Voilà, c'était une autre forme de littérature, puis-je vous demander de me donner votre avis sur la forme, le contenu: c'était trop simple, trop complexe, trop court, trop long, etc...

Merci d'avance pour votre feed-back;-)

 

Felice